Rides

Je regarde cette femme de 72 ans… Je l’ai connue elle devait en avoir 25 … Nous avons eu un enfant ensemble, puis quelques années après nos routes se sont séparées, nous nous revoyons de loin en loin… Je regarde son visage très ridé, et je tente, en imagination, de lui replacer le visage que je lui ai connu à l’époque, un visage plein, lisse…

C’est assez vertigineux .. Je me demande comment 50 années ont pu la rider à ce point…Que veut dire chacune de ses rides, à quel moment elles sont arrivées… Je pense que la façon dont je me suis séparé d’elle y est peut-être pour quelque chose, et en même temps, à l’époque je n’ai rien remarqué. C’est venu bien plus tard…

Je me souviens d’avoir été marqué par ce changement il y a une vingtaine d’années, comme si elle avait vécu une tragédie que j’ignore et qui l’aurait anéantie et laissé des traces irrémédiables…

N’empêche que je ne cesse de jouer à chercher les points communs entre le visage que j’ai en mémoire et celui que j’ai là en face de moi…  au-delà de la taille du visage, rien ne coïncide, rien n’annonçait cette évolution-là.

Seule sa voix n’a pas du tout changé…

Bien sûr ça me renvoie à mon propre visage sur lequel je ne l’appesanti jamais trop… J’ai toujours cette impression que c’est provisoire, c’est la lumière du moment qui accentue mes rides, mes excroissances, qu’en vérité tout ça ne va pas rester…

Ben oui c’est provisoire, ça va s’accentuer avec le temps… Moi qui suis tout à fait jeune de l’intérieur, sans la moindre ride, je te jure, ce n’est pas possible que j’apparaisse ainsi, que ma jeunesse intérieure ne transcende pas complètement mon apparence physique… Je m’étonne presque, vu la gueule que j’ai, que des gens me sourient, voire, rigolent avec moi… Moi à leur place j’aurais peur.. enfin presque…

Quand je suis en relation avec des gens, je n’ai jamais conscience de la gueule que j’ai, inconsciemment je m’imagine bien plus jeune.

Ce qui me travaille, si je m’y attarde, c’est le sens qu’ont certaines rides sur mon visage… Ou du moins, le sens qu’on leur attribue… Moi je serais en face d’un visage comme ça, j’y verrais pas mal d’aigreur entre-autres…

C’est bien de ne pas se voir…

Quand à dire que la vieillesse n’est pas un naufrage… Vos gueules !!!

Le marché de Crest 26400

Ça fait un paquet d’années que je fréquente ce marché au rythme, d’une à deux fois par an…

Est-ce le fait de vivre avec une non blanche… je me sens tout d’un coup claustrophobe… C’est tout sympa, les gens sont cools , gentils, complices entre eux… ils sont beaucoup dans ma classe d’âge… Mais seulement dans cette classe là… pour ce qui est de la sociale, je ne m’y sens pas, mais pas du tout… Je n’en suis pas, même si je mange bio, même si je suis de gôche, même si… Le fait d’être précaire, peut-être, d’avoir bricolé ma vie, je ne sais pas ,de ne pas avoir été juste que ceci ou celà, il y a un truc profond qui me dit que je ne suis pas de leur famille… qu’en fait je les emmerde…mais profondément

Mon amie me dit, ils ont l’air sympa, comme ça… mais c’est pas sûr…

J’ai partiellement ce même sentiment sur le marché de Saint Girons, mais moins violent…