Avec ou sans poils?

Perso ça me saoule de devoir m’épiler le maillot. D’abord ça fait super mal. Ensuite c’est pas bon pour les mycoses (argument santé hyper prisé des blogs). Re-ensuite, je dois à chaque fois sortir tout un attirail, m’enfermer dans la salle de bain, faire chauffer la cire, me mettre dans des positions invraisemblables pour chopper des poils sous les fesses… Bref.

Ça m’a toujours fait rire les gars qui te disent « on va à la plage, tu prends ton maillot, une serviette, une brosse à dent et c’est bon ». C’est bon pour qui?????
Quelle femme est déjà partie sans se demander si son épilation était bien faite? Si elle n’avait pas de poils sous les bras? sur les mollets?
Non c’est pas BON!!! Il faut que je vérifie que j’ai pas une touffe de poils pubiens digne d’un chant de blé avant récolte et en prime si possible que je n’ai pas mes règles!

En tous les cas, pour en revenir au sujet de l’épilation du maillot (j’aime beaucoup d’ailleurs ce camouflet sémantique, pubis : maillot; moustache : lèvre…) je suis à chaque fois confrontée à ce dilemme éprouvant pour mon intégrité : assumer un maillot touffu et la féministe que je suis versus oui mais bon quand même si je pouvais encore me faire croire que je suis un tantinet sexy sur la plage ça ferait du bien à mon ego…
Ce qui place la réflexion, d’un point de vue philosophico-psy sur le terrain de la dichotomie entre mes valeurs profondes versus l’image sublimée et l’idéal du moi.
Je m’assume et je fais un gros fuck à la société?.
Nan !
Je me retrouve donc avec deux moi en inadéquation…
Et comme disait je sais plus qui (ça ferait mieux de citer ses sources) « un être serein est en adéquation avec ses valeurs »

Mis à part ces considérations, bien le bonsoir

F.

Laisser un commentaire